L’art est le féminisme : le double je

Le mouvement féministe s’est longtemps emparé de moyen d’expressions artistiques pour faire avancer ses revendications. Aujourd’hui, cette dynamique se retourne contre lui et l’effet boomerang ne semble pas lui être familier.

Une longue lutte progressiste

Amené depuis de nombreuses années, le féminisme s’est plutôt paré d’une philosophie de progressisme intellectuel. Cela a donc provoqué l’émergence de groupuscules d’artistes féministes comme les Guérilla Girls ou encore La Barbe. Aussi, cela a fait naître des figures de référence de l’art féministe : Nancy Spero ou Vanessa Beecroft.

Des “stars de l’art féministe” en france

Orlan, l’illuminée de luxe

Orlan, l’auteur du “baiser de l’artiste”, est une artiste française qui fut la plus populaire sur le net avec un certain Yann-Arthus-Bertrand.

parmis ces oeuvres, les plus connus sont :

-l’Origine de la guerre, reprenant l’origine du monde de Gustave Courbet.

-le baiser de l’artiste

Bien entendu, seul les musées contemporains acceptent de lui donner une tribune. Jean-Jacque Aillagon, l’inoubliable ministre de la culture de Jacques Chirac aujourd’hui avec Macron mais auparavant avec Hollande, l’a même érigé au statu de Chevalier des Arts et des Lettres. Une évidence crasse.

Miss Tic, la dominatrice cérébrale

La plus talentueuse est certainement Miss Tic. Tout d’abord pour son courage d’aller sur le terrain du Street Art dans le 18ème ce qui n’est tout de même pas rien. Cette “poête urbaine”, souvent médiocre, peut devenir brusquement excellente sur certaines “punchlines féministes” dont elle nous a gratifié. Petite sélection des phases qui m’ont séduites, pas par leurs fonds mais par leurs formes habiles qui me questionnent :

L’homme est le passé de le femme

Je suis la voyelle du mot voyou

Je n’attends plus, je mords

Une fois que l’on a analysé la pensée magique de Miss Tic et que l’on a compris son admiration pour l’approche psychanalytique, on peut se dire qu’elle doit être dominatrice dans l’âme.